Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 18:02

                                La chasse au zabu

 

La chasse aux abus. Aux zabus. C’est du gros gibier, la chasse est ouverte en période d’austérité. La grande presse ne tarit pas d’informations sur les abus sociaux. On a même piégé un toubib qui délivrait des certificats d’incapacité de travail à cinq euros. Un magnifique spécimen de zabu, digne de figurer dans un musée.

 

Les voix libérales associent volontiers les abus sociaux aux abus fiscaux, manière subtile de minimiser la fraude fiscale. Légalement indiscutable.

 

 Sauf que la fraude fiscale et les escroqueries en tous genres des « cols blancs » (Délits d’initiés, cartels sur les prix, abus de biens sociaux…) ça représente des montants mille fois supérieurs. Sans parler du travail au noir, d’ailleurs pratiqué à tous les niveaux de l’échelle sociale. Mais d’abord par un certain patronat.

 

Il ne s’agit pas de couvrir les abus sociaux, il y en a. Mais adoptons ce point de vue que si le bon exemple venait d’en haut, si les gros abus étaient mieux réprimés, le civisme serait plus facile à enseigner. Les gouvernements ont les peuples qu’ils méritent…    

 

 

Castor

Partager cet article
Repost0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 10:26

Cliquez sur l’URL pour accéder à l’article.

 

Bélarus : Le climat s’envenime pour les droits des travailleurs (27.2.12)


Bruxelles, 27 février 2012 (CSI En Ligne): La CSI a appelé le président du Bélarus, Alexander Lukashenko, à mettre fin à une nouvelle campagne de persécution contre les effectifs de la société RUPP Granit, à Brest. Environ 600 salariés de cette entreprise de matériaux de construction se sont désaffiliés du syndicat d’État officiel pour protester contre les bas salaires et l’absence d’une représentation syndicale effective. Depuis qu’ils ont entrepris des démarches en vue de la mise sur pied de leur propre syndicat indépendant, en décembre, ils se sont vus confrontés à une vague de répression de la part de la direction et des autorités.

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330338792&display=record

 

Oui à la liberté d’accès ! Non à la sélection ! (27.2.12)


La Fédération des Etudiants Francophones a lancé officiellement cette semaine sa nouvelle campagne contre la sélection. Les représentants étudiants se doivent d’être vigilants contre toute instauration d’une sélection. Les étudiants ont déjà eu l’occasion d’exprimer leur désaccord envers les projets du ministre Marcourt pour le décret médecine. Mais pour la FEF, le risque existe dans d’autres filières.

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330351819&display=record

 

Sirtaki voor een solidair en sociaal Europa (29.2.12)


Vandaag (29/2) werd in heel Europa actie gevoerd tegen de huidige neoliberale politiek en voor een sociaal en duurzaam beleid. In Gent werd gekozen voor een “spokenactie” op de Korenmarkt, een samenwerking tussen de vakbonden en FAN, waarvan ATTAC en LEF andere leden zijn.

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330532404&display=record

 

Rencontre-débat avec Olivier STARQUIT (28.2.12)


L’Association Culturelle Joseph Jacquemotte et les Amis du Monde diplomatique Belgique vous invitent le jeudi 8 mars 2012 à 19h à une rencontre-débat avec Olivier STARQUIT, auteur de « L’extinction des Lumières ».

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330448935&display=record

 

Algérie : Arrestation de 40 enseignants contractuels (27.2.12)


Bruxelles, 28 février 2012 (CSI En Ligne): 40 enseignants contractuels syndicalistes affiliés au SNAPAP ont été arrêtés en Algérie. Le président et le secrétaire général du Conseil national des enseignants contractuels ont aussi été arrêtés. La CSI a fermement dénoncé cette atteinte aux droits syndicaux les plus légitimes.

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330352089&display=record

 

Les prisonniers palestiniens (29.2.12)


La Platforme Charleroi-Palestine nous communique: “Hana Shalabi est un des prisonniers palestiniens qui ont été arrêtés récemment, alors qu’ils venaient d’être libérés par l’occupant, dans le cadre l’échange des prisonniers en octobre.

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330511975&display=record

 

Sommet Social Tripartite (1.3.12)


Au lendemain de la Journée d’action européenne, la Confédération européenne des syndicats (CES) a participé au Sommet social tripartite sur l’emploi et à la croissance. La délégation syndicale européenne s’est adressée directement aux dirigeants nationaux pour leur demander de changer de cap d’urgence. Elle a appelé à un plan de relance européen pour développer une économie durable et créer des emplois de qualité. Les partenaires sociaux doivent être impliqués dans toute politique relevant du marché du travail. Il est donc primordial que leur autonomie soit respectée

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330617458&display=record

 

Le rôle du syndicat dans la lutte pour la démocratie au Bahreïn (1.3.12)


Bruxelles, le 1 mars 2012 (CSI en ligne) : À la différence de la Tunisie, de l’Égypte et de la Libye, à Bahreïn, le printemps arabe n’a pas conduit à des réformes démocratiques, ni à la fin d’un régime autocratique. Les autorités ont riposté aux revendications de liberté par une répression brutale et une violence inédite à l’encontre des contestataires, de la population civile et des travailleurs.

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330624742&display=record

 

Vijf artsen van Geneeskunde voor het Volk voor Zelzaatse vrederechter (1.3.12)


Het gaat om Geert Asman, Karel Van Bever, Geert Asman, Roland Van Acker en Frans Van Acoleyen. Drie van de vijf zetelen ook in de Zelzaatse gemeenteraad voor PVDA+.Voor Dr Van Acoleyen was het de zevende of achtste keer zijn dat hij voor de vrederechter dient te verschijnen omwille van niet betaling van lidgeld aan de Orde.
Zelf is hij de precieze tel kwijt geraakt. Een honderdtal sympatisanten kwamen hun steun betuigen aan de geviseerde artsen.

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330630378&display=record

 

Égypte : La CSI appelle à l’abandon de tous les chefs d’accusation portés contre Kamal Abbas (2.3.12)


Bruxelles, le 1er mars 2012 (CSI En Ligne) : La CSI appelle les autorités égyptiennes à retirer tous les chefs d’accusation et à annuler la sentence prononcée le 26 février contre Kamal Abbas, coordinateur général du CTUWS.

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330703973&display=record

 

La CES dénonce l’adoption du traité de l’austérité permanente (2.3.12)


La Confédération européenne des syndicats (CES) rappelle qu’elle est opposée au nouveau traité qui vient d’être signé par 25 pays lors du Sommet européen. Ce traité imposera davantage d’austérité budgétaire en Europe et empêchera la relance de l’emploi. Le syndicat européen déplore que la croissance et l’emploi ne fassent pas l’objet d’engagements chiffrés au même titre que la rigueur budgétaire.

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330705198&display=record

 

Jaap Kruithof lezing 2012 (2.3.12)


Het programma omvat dit jaar de presentatie van een nieuw boek over Kruithof door Hugo Franssen, een lezing over klassenstrijd door Francine Mestrum, een lezing van Rudy De Leeuw over sociale zekerheid en een klassiek concert. Dit alles gaat door op dinsdag 13 maart bij het ABVV in Gent.

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330706922&display=record

 

16 lokale besturen in Vlaams-Brabant kanten zich tegen Uplace Machelen (2.3.12)


De gemeente – en stadsbesturen van Aarschot, Asse, Glabbeek, Grimbergen, Huldenberg, Landen, Leuven, Londerzeel, Meise, Merchtem, Oud-Heverlee, Overijse, Steenokkerzeel, Tienen, Vilvoorde en Tielt-Winge hebben de UNIZO-motie tegen Uplace goedgekeurd. Voor Unizo en de andere leden van het Interregionaal Platform voor Duurzame Economie is dit een duidelijk teken dat het maatschappelijk draagvlak voor dit mega-project zienderogen blijft dalen.

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1330723775&display=record

 

Le 24 mars 2012

Colloque des Amis du Monde Diplomatique-Belgique 

 

La crise est là ! Et maintenant on fait quoi?

 

 

Le capitalisme est un système mû par l’exploitation de la force de travail.

 

Pour parvenir à ses fins, le capitalisme a instauré petit à petit une emprise hégémonique sans pareil sur les Etats et les institutions. Et donc sur les politiques  sociales, écologiques, financières et économiques. Il s’est assuré au préalable une adhésion mentale et culturelle de la classe moyenne et de la social-démocratie. Ce qui nous mène droit dans le mur.

 

La crise est la plus efficace des muselières et l’endettement sert de prétexte au démantèlement des protections sociales et des services publics.

 

Laisserons-nous la démocratie et l’état de droit s’éclipser devant les populistes, les financiers et les technocrates ?

 

Nous sommes effectivement en crise. Pas dans une crise économique, mais dans un moment qui fait appel à la racine du mot : « crisis », en grec, désigne le moment du choix, de la décision. Nous vivons un moment central de notre histoire : celui du choix entre une société démocratique au service de ses citoyens, ou une société totalitaire faite par et pour certains : les plus riches.

 

Il n’y a pas d’autre choix que d’inventer des alternatives. Il est temps d’expérimenter de nouvelles formes de vie, de déclarer de nouveaux droits (mobilité, environnement, information et ressources naturelles comme biens publics), d’écrire de nouvelles constitutions.

 

Quelle refondation anthropologique, quelle transition pacifique est-il possible de développer ?  Quel rapport de forces construire ? Avec qui ?

 

Cette période de remous est aussi un moment d’ouverture du champ des possibles : à l’invocation de l’impuissance pour imposer l’inéluctabilité et au prêt-à-penser, il faut opposer la nécessité de penser, de défricher de nouvelles voies, d’arpenter des chemins de traverse et de réarmer la critique afin de nourrir le débat, susciter l’action et rendre obsolète le capitalisme.

 

Précisément au moment où plus que jamais, la politique dégoûte et paraît à la fois violente et impuissante,: il est urgent de proposer des outils et non des solutions, d’ouvrir des questionnements et non de bâtir des systèmes.



Samedi 24 mars 2012

 

Journée de réflexion organisée par les Amis du Monde diplomatique Belgique

 

 

LACRISE EST LA ET ON FAIT QUOI ?

 

9h30 Accueil

 

10h-10h30 Gus Massiah : La nature de la crise et les réponsesdes peuples

 

Leur dette

 

10h30-11h00 Virginie de Romanet : La dette publique contre les peuples

 

11h-11h30 Maurizio Lazzarato : La fabrique de l'homme endetté

 

11h30-11h45 Pause café

 

11h45-13h Débat et synthèse intermédiaire

 

13h-14h Pause méridienne

 

Notre démocratie

 

14-14h30 Josette Fontaine et Slimane Toudert : Revivifier ladémocratie, l'expérience d'Aubagne

 

14h30-15h00 Bernard Duterme : Etat des résistances en AmériqueLatine

 

15h00-16h Débat

 16h Conclusions par Pierre Galand, présidentdes AMDB

 

Adresse du jour : ULB, aud. H 1301, avenue Paul Héger (bus 71, trams7, 94 et 25)

 

PAF (pauses-café et dossier de lectureinclus) : 5 Euros et 3 Euros pour étudiants, travailleurs sans emplois et retraités.

Pause méridienne (uniquement sur réservation) :5 Euros (sandwich et boisson)

 

Contact et inscriptions : amd-b@skynet.be ou 02/231 0174 (tél/fax).

Les Amis du Monde diplomatique Belgique asbl

115 rue Stévin - 1000 Bruxelles

Tél/fax : 02/231 01 74

amd-b@skynet.be

www.amis-mondediplo.be

 

Partager cet article
Repost0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 10:34

 

D’abord, sortir Sarkozy !

 

S’il est un plaisir qui semble à portée de main pour la gauche européenne, c’est la défaite de Sarkozy. Mais il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Le président sortant a donné dans sa campagne un coup de barre non pas seulement « à droite », mais carrément en direction de l’électorat du Front national : une plongée dans le populisme de droite, en flattant les préjugés et les peurs d’une supposée « majorité silencieuse », et en tout cas des couches les moins politiquement éduquées.

 

L’ « appel au peuple », il est vrai, est dans la grande tradition bonapartiste, celle du plébiscite. Les deux Napoléon l’ont pratiquée. Le mot est une abstraction, pour la gauche comme pour la droite. Tout autocrate se doit de  s’identifier au « peuple », à la « nation », pour couvrir son autorité d’une légitimité autoproclamée.

 

Et telle est bien la conséquence ultime du système de l’élection directe d’un président de la République à forts pouvoirs, instauré par De Gaulle pour lui. Un système presque unique en Europe, et qui dans l’Allemagne des années trente a conduit Hitler au pouvoir via Hindenburg.

                                                                            

L’homme qui écrivait sans rire en juillet 2006 qu’il voulait « une présidence moins monarchique » a transformé ses ministres en élèves d’une classe d’école primaire, sans cesse tancés. Il a détruit ce qui subsistait de l’équilibre des pouvoirs en France, et abusé des moyens de pression de l’Elysée comme aucun de ses prédécesseurs ne l’avait fait auparavant. Il a été « le président des riches » sous les langages les plus variés, avec une forte tendance aux rodomontades.

 

Le système électoral de l’élection présidentielle à deux tours fonctionne comme la guillotine. Plus il y a de candidat en lice, plus la dispersion des voix au premier tour est inévitable. En 1995 et en 2002, les trois premiers arrivés en tête se situent entre 16 et 24 pour cent. C’est ainsi que Jospin a été éliminé. Cette conjoncture ne devrait pas se reproduire, mais…

 

Si la gauche gagne…

 

 François Hollande, comme candidat du PS, est bien sûr le seul qui puisse battre Sarkozy. Mais on ne rejouera pas 1981, une euphorie qui dura deux ans, dissipée par « l’Europe ». S’il a un charisme de rassembleur, dans un style plus bonhomme que Mitterrand, le rôle risque d’être un peu creux. Ce que l’on retient de son programme, d’ailleurs distinct de celui du PS, est d’abord qu’il répartirait plus équitablement le poids de la charge fiscale, et consacrerait à l’enseignement des moyens mis à mal par la réduction des dépenses publiques. Que son élection, au niveau européen, puisse être le point de départ d’un recentrage au centre-gauche de « l’Europe » reste à démontrer. Cela se jouera surtout en Allemagne…

 

 Le Front de gauche sert d’aiguillon. Jean-Luc Mélanchon est issu du parti socialiste, où il militait de longue date dans des courants de gauche stérilisés par les ambitions individuelles. Il faut assumer pleinement le type de « populisme » qui l’oppose frontalement à Marine Le Pen en milieu ouvrier. Et à toute l’eurocratie libérale.

 

Plus que toute autre, cette campagne électorale est polluée par les sondages, qui ne sont jamais que des instantanés, des photographies floues, des reflets de « l’opinion » sous le coup d’une émission de TV ou d’un « coup » politico-médiatique. Non sans effets pervers sur les intentions de vote réelles. S’en méfier absolument. 

 

Robert Falony                                       

Partager cet article
Repost0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 23:15

Ce week-end a vu la concrétisation sur le terrain des ravages de la nouvelle « machine » Europe.

 

 

Ces ravages s’appellent délocalisations. Les méthodes, elles, relèvent du banditisme pur et simple. Deux exemples concrets : Meister – Sprimont en Wallonie et Air Méditerranée en France.

 

Le groupe Meister est une multinationale d’origine allemande spécialisée dans la fabrication de composants pour automobiles. Il possède des usines en Allemagne, en France, en Tchéquie et en Belgique. Il est installé à Sprimont - Louveigné près de Liège depuis 1983 où est procédé à l’assemblage et au décolletage de systèmes hydrauliques de sécurité et de freinage pour le secteur automobile. Il emploie quelque 104 travailleurs. Depuis quelques semaines, des négociations ont lieu entre la direction et les organisations syndicales suite à la volonté de la maison « mère » de délocaliser l’usine de Sprimont vers la Tchéquie.

 

 

Heil Meister !

 

 

Le climat social est tendu à l’usine Meister Sprimont depuis dix ans : exigences de flexibilité, licenciements sans motifs, rythme de travail insoutenable, séquestration de la direction, etc. Bref, toute la panoplie de la stratégie de la tension entretenue par une direction aux ordres des objectifs de rentabilité insoutenables de la multinationale. On allait vers la délocalisation. En effet, les travailleurs ont appris en Conseil d’entreprise que des importantes commandes qui devaient être effectuées à Sprimont, le seraient en Tchéquie. Des négociations étaient en cours, puis dimanche 26 février, à 14 heures, une milice privée d’une quinzaine de gros bras tout de noir vêtus envahit les locaux de l’entreprise. Ils molestent et expulsent trois travailleurs qui tentaient de les empêcher d’entrer. L’alerte est donnée. La mobilisation est immédiate. Ces « miliciens » avaient pour mission de « récupérer » les pièces produites ces derniers jours et que les travailleurs, qui craignent la fermeture de leur site après l'annonce du transfert à l'étranger d'importantes commandes, n'entendaient pas laisser sortir.

 

 

 

meister_Sprimont03.jpg

Les gros bras venus d'Allemagne se sont tout permis !

 

Furieux d’être coincés, les soi-disant « vigiles » brisent et fouillent les armoires où les travailleurs déposaient leurs effets personnels. Ils saccagent le réfectoire rendant impossible la vie sociale dans cette entreprise.

 

 

 

Meister_Sprimont02.jpg

Le très sympathique führer de la milice

 

La police arrive en force mais refuse d’intervenir et même de procéder à un contrôle d’identité des énergumènes s’étant livrés à des violences, à des dégradations de biens, à une tentative de vol. En plus, ils portaient sur eux des armes prohibées (matraques, battes de base ball et autres « jouets de St Nicolas »). On peut se poser la question sur l’attitude des forces de l’ordre si des travailleurs avaient procédé de la sorte.

 

 

 

meister_Sprimont04.jpg

Des forces de l'ordre fort passives

 

Dans la nuit de dimanche à lundi, la police évacue les « miliciens » hilares, narguant les travailleurs présents. Que sont-ils devenus ? On n’en sait rien. Les travailleurs et beaucoup d’observateurs considèrent que la mollesse des forces de l’ordre est inadmissible. D’autre part, la police de Liège a refusé d’enregistrer les plaintes des travailleurs qui ont été molestés, sous prétexte qu’ils ne se trouvaient pas dans la bonne zone de police !

 

Tout se passe comme si la police et le gouvernement – la ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet a eu une réaction plus que « modérée » face à cette affaire – voulaient étouffer la question. Le patronat – l’Union wallonne des entreprises – se contente de mettre en parallèle l’intervention de la milice allemande et la séquestration de la direction. Les négociations reprendront mardi, mais dans quel climat ? Les deux grands syndicats (FGTB et CSC) ont déposé plainte et le Parquet a décidé de se saisir de cette affaire. On verra.

 

milquet

Joëlle Milquet s'est montrée plus ferme en d'autres circonstances.

Jamais une telle violence patronale ne s’est manifestée de la sorte en Belgique. Comme l’écrit Véronique De Keyser, députée européenne socialiste de Liège, dans un communiqué de presse : « Ils étaient venus d’Allemagne, vêtus de noirs, cagoulés, armés, prêts à matraquer pour les déloger ces « vingt et cent » qui résistaient alors que le sort en avait été jeté…

Non, ce n’était pas en 1939 mais en 2012 ! Plus précisément hier et à deux pas de chez nous, sur le site de Meister Sprimont, où à la demande de la direction une milice privée est intervenue de façon musclée pour casser la grève et emporter de force du matériel. Des méthodes d’une rare violence aux odeurs nauséabondes de fascisme ! La police de Sprimont n’est pas intervenue et les miliciens sont repartis en Allemagne comme ils étaient venus, sans même être interpellés. »

Prenons garde que les « vingt et cent » ne deviennent bientôt « des milliers ».

veronique-de-keyser.jpg

Véronique De Keyser fait la bonne analyse.

L’audace patronale est désormais sans limite. Les autorités qui se sont déjà pliées aux diktats des marchés financiers via une Union européenne gangrénée, ayant renoncé à son idéal de solidarité entre les peuples pour servir les seuls intérêts du capital, ferment les yeux devant les actions illégales, violentes, lâches de fascistes au service d’un patronat sans scrupule. Ces « responsables » ne parviennent à prouver qu’une chose : ils ont peur !

Air Méditerranée avec « sa gueule de pâtre grec »

Meister n’est pas seul. La compagnie aérienne française Air Méditerranée née en 1997, exploitait jusqu'ici une dizaine d'avions en France au départ de Roissy, Lyon, Nantes et Toulouse. Sa filiale grecque, Hermès Airlines, assure des rotations depuis 2011 avec un appareil, mais plusieurs autres appareils doivent passer en 2012 sous le contrôle de Hermès Airlines. Air Méditerranée emploie jusqu'à 500 personnes en haute saison et travaille essentiellement pour les grands tours opérateurs français. Cependant, elle connaît des difficultés. Sa politique de sous-investissement l’a mise sur la liste noire des compagnies aériennes et le « printemps arabe » lui a été un coup dur.

 

air_mediterranee01.jpg

Air Méditerranée préfère faire respirer à ses travailleurs l'air de la Grèce.Merci la troïka !

Air Méditerranée a proposé à son personnel naviguant – pilotes, hôtesses, stewards – de passer sous le régime salarial et social grec, ce qui reviendrait à une réduction globale des rémunérations de 40 %. Concrètement, une hôtesse ou un steward gagnant le SMIC en France se voit proposer un salaire mensuel de 900 euros à Athènes et un commandant de bord payé 6.000 euros empocherait 3.700 euros en Grèce. En effet, une des mesures imposées par la « troîka » (Commission européenne, Banque centrale européenne, FMI) à la Grèce fut une réduction de tous les salaires de 30 %.

En clair, l’austérité imposée à la Grèce n’est pas perdue pour tout le monde. Voilà des travailleurs français contraints d’accepter de travailler sous le régime social grec. C’est plus fort que Bolkestein !

Meister, Air Méditerranée sont deux faces d’une même politique sociale. Réduire le travailleur à un régime de quasi esclavage en l’entraînant dans la précarité. Les fondations de notre édifice social sont en danger de destruction totale. Véronique De Keyser le dit haut et fort : « Plus que jamais en ces temps difficiles, il faut tendre à l’éveil des consciences et non à leur endormissement sous prétexte de chantage à l’emploi et à la compétition. Crise, délocalisation, salaires toujours plus bas, chômage, pauvreté… notre société est malade et il est incontournable de la repenser autrement. Fini le progrès évalué selon des critères purement économiques et financiers! Notre société a besoin de se refaire une santé en développant son potentiel culturel et intellectuel, en privilégiant l’humain, la solidarité, le bien vivre plutôt qu’un bien-être illusoire. Nous n’avons plus de temps à perdre, ou l’heure sera uniquement à la sur…vie. »

Mais comment ? Il n’y a qu’un mot d’ordre : Résistance !

Les maquis où elle s’exercera ne manquent pas.

Pierre Verhas

Partager cet article
Repost0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 17:38
Communiqué de presse de Véronique De Keyser
Députée européenne belge (PS)
Vice-Présidente du Groupe "Socialistes et Démocrates"
 
 
" La nuit de Meister Sprimont"
Ils étaient venus d’Allemagne, vêtus de noirs, cagoulés, armés, prêts à matraquer pour les déloger ces « vingt et cent » qui résistaient alors que le sort en avait été jeté…
Non, ce n’était pas en 1939 mais en 2012 ! Plus précisément hier et à deux pas de chez nous, sur le site de Meister Sprimont, où à la demande de la direction une milice privée est intervenue de façon musclée pour casser la grève et emporter de force du matériel. Des méthodes d’une rare violence aux odeurs nauséabondes de fascisme ! La police de Sprimont n’est pas intervenue et les miliciens sont repartis en Allemagne comme ils étaient venus, sans même être interpelés.
Une fois de plus, je dois malheureusement le répéter : j’ai mal à la démocratie, aux Droits de l’Homme, à notre Etat de droit ! Il n’y a pas de mots assez forts pour qualifier ces événements, cette agression envers le monde du travail, que je condamne totalement et fermement ! Il faut raison garder et garantir une vraie concertation sociale, non pas ce dialogue de sourds au profit de directions toujours plus éloignées du terrain. Plus que jamais en ces temps difficiles, il faut tendre à l’éveil des consciences et non à leur endormissement sous prétexte de chantage à l’emploi et à la compétition. Crise, délocalisation, salaires toujours plus bas, chômage, pauvreté… notre société est malade et il est incontournable de la repenser autrement. Fini le progrès évalué selon des critères purement économiques et financiers! Notre société a besoin de se refaire une santé en développant son potentiel culturel et intellectuel, en privilégiant l’humain, la solidarité, le bien vivre plutôt qu’un bien-être illusoire. Nous n’avons plus de temps à perdre, ou l’heure sera uniquement à la sur…vie.
 Véronique De Keyser
Députée européenne
Vice Présidente du Groupe Socialistes & Démocrates au Parlement européen
Contact : 0475 690 461
  
Partager cet article
Repost0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 21:02

Cliquez sur l’URL pour lire tout l’article.

 

29 februari - Europese Syndicale Actiedag (18.2.12)


Blinde besparingen zijn geen louter Belgische aangelegenheid.
Onze begrotingsproblemen zijn te wijten aan de crisis van de staatsschuld en van de eurozone. Maar we verwachten wel dat Europa een andere rol speelt dan die van begrotingswaakhond of van drukkingsinstrument op ons sociaal model. Aldus een bericht op de website van het ABVV.

 

29 februari - Europese Syndicale Actiedag (18.2.12)

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1329587909&display=record

 

Opinion - L’opération «Hiver 2012»: de l’État social au sparadrap social (19.2.12)


Donc, notre radio-télévision publique francophone a mené une très médiatique opération «Hiver 2012» la semaine dernière. Riche idée. RTL doit se mordre les doigts de ne pas y avoir pensé. Le mercredi, une journaliste s’émouvait de la situation de Francesco, se réchauffant au feu de bois dans son salon qui atteignait à peine les 6°C. Francesco est malade et ne peut plus travailler. Son allocation d’invalidité ne lui permet pas de remplir sa citerne à mazout.

 

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=forum&rec=1329668860&display=record

 

Turquie : Répression à l’encontre des femmes syndicalistes (20.2.12)


Bruxelles, 17 février 2012 (CSI En Ligne): Les harcèlements incessants de la police contre les syndicats du secteur public en Turquie ciblent désormais les femmes.

 

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1329757002&display=record

 

Journée Européenne d’Action à Bruxelles (29.2.12)


Le programme de la journée européenne d’action du 29 février contre l’austérité, comporte un rassemblement des trois syndicats nationaux, une manif des régionales Bruxelloises de la FGTB et de la CSC. Tout ceci précédé d’une conférence en matinée sur le nouveau traité de l’EU en gestation.

 

Action---29_02_12.jpg

 

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1329859602&display=record

 

Grèce: Sauvetage sous conditions drastiques pour la population (21.2.12)


Le nouveau plan de sauvetage de la Grèce, de 237 milliards, lui a certes évité le défaut de paiement, mais rien n’est réglé définitivement et positivement pour les citoyens et les travailleurs. La Confédération européenne des syndicats (CES) déplore, en effet, que cette aide soit accordée au prix d’un poids insupportable pour la population grecque

 

 

 

 

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1329860831&display=record

 

Turquie : le gouvernement ne protège pas les travailleurs (22.2.12)


Bruxelles, 22 février 2012 (CSI En Ligne): Dans un nouveau rapport paru aujourd’hui, la CSI émet de vives critiques à l’égard du gouvernement turc, auquel elle reproche de manquer de protéger les travailleurs et travailleuses contre l’exploitation et l’intimidation par des employeurs du secteur privé et les pouvoirs publics. Outre une législation du travail faible et inadéquatement appliquée, les travailleurs se trouvent à la merci d’une justice fortement partiale en faveur des employeurs, qui les laisse dépourvus de toute protection contre la discrimination et pratiquement sans possibilité de négocier collectivement pour des salaires et des conditions décents.

 

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1329909300&display=record

 

Commentaar - Streven naar 100% hernieuwbare energie in 2050 - Impact op werknemers? (22.2.12)



De 4 ministers van Energie van ons land (federaal en gewesten) zijn op 29 maart 2011 overeengekomen dat ons land moet streven naar 100% hernieuwbare energieproductie in 2050. Daarbij beslisten ze ook een studie te laten maken door het Federaal Planbureau en de onderzoeksinstellingen van de Gewesten om dwingende, tussentijdse doelstellingen vast te leggen waarmee het doel van 100% hernieuwbare energie moet worden gehaald.

 

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=forum&rec=1329927253&display=record

 

Plant mee met VBV (22.2.12)


Na de vrieskou schiet de Vereniging Bos in Vlaanderen (VBV) opnieuw uit de startblokken voor een spetterende plantmarathon. Niet minder dan 20 nieuwe bossen zullen dit voorjaar het levenslicht zien!

 

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1329929806&display=record

 

La philosophie et la vie (22.2.12)


Depuis plus de 25 ans le Centre Laïque de l’Audiovisuel (CLAV) produit, coproduit et réalise des reportages, documentaires et fictions. Ces réalisations ont toujours un objectif social, culturel, pédagogique ou informatif fidèle aux valeurs et aux principes de la laïcité.

 

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1329931979&display=record

 

24 mars : mobilisation pour le droit à l’avortement

 

24 mars : mobilisation pour le droit à l'avortement, Le 24 mars prochain à
Bruxelles, nous devons êtres nombreuses et nombreux à marcher pour le droit
à l'avortement, car vingt ans après sa dépénalisation partielle, rien n'est
acquis ! Or il s'agit de réaffirmer le droit des femmes à
l'autodétermination sur leur propre corps et d'éviter, aussi, les risques
des avortements clandestins pour la santé et la vie des femmes.

Ces dernières années, des intégristes de tout poil organisent un
rassemblement annuel pour exiger une remise en cause de ce droit. Même si
ces mouvements sont ultra minoritaires, ils trouvent un écho disproportionné
dans les médias et sont soutenus par de puissants lobbys. Au printemps
dernier, des extrémistes sont venus déposer des gerbes de fleurs devant la
porte d'un centre de planning familial pratiquant des IVG et la police n'a
pas trouvé de meilleur conseil à donner au centre que de fermer portes et
volets, alors que c'était l'heure de la consultation. Quant à la ministre de
l'Enseignement Marie-Dominique Simonet (CDH), elle a rappelé son
administration à l'ordre pour avoir informé les directeurs d'école de
l'existence d'un dossier pédagogique sur l'avortement et la loi belge.

Que dire alors d'autres pays où ce droit est refusé aux femmes (Irlande,
Malte, Chypre, Pologne), et ceux où les acquis sont remis en cause par une
droite dure, comme en Espagne ou en Hongrie !

Aussi, la vigilance s'impose. Et c'est pourquoi une série d'associations,
dont Garance fait partie, ont décidé de se réunir au sein d'une « Plateforme
pour le droit à l'avortement », bien nécessaire par les temps qui courent...
à reculons.

Vous aussi pouvez rejoindre la Plateforme : en signant la charte, comme
citoyen/ne ou au nom de votre association ; en participant au travail
concret de la Plateforme ; et en tout cas en nous rejoignant le 24 mars
prochain. Il s'agira de réaffirmer ce droit, d'exiger qu'il soit accessible
à toutes les femmes, quel que soit leur lieu de vie ou leur situation
financière, et qu'il fasse l'objet de campagnes d'information pour tous
publics, sans oublier l'indispensable éducation sexuelle sans tabous à
l'école.

Toutes les informations utiles se trouvent sur le site de la Plateforme. On
y trouve aussi des informations sur la situation de l'avortement à travers
le monde, avec ses (timides) avancées et ses (hélas nombreux) reculs.
Rendez-vous donc le 24 mars !




Lire cet article sur le site :
http://www.garance.be/cms/spip.php?article610


http://www.garance.be - Garance ASBL - info@garance.be - Boulevard du Jubilé
155, 1080 Bruxelles

Partager cet article
Repost0
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 14:23

Rubrique mensuelle. Février 2012.

 

                  Ineptie de la « règle d’or »…

 

Il faut tordre le cou à cette sottise « libérale » selon laquelle les finances de l’Etat, c’est comme celles d’une entreprise ou d’un ménage. La puissance publique fabrique l’argent. Le Prince bat monnaie. Si la crise de 2008 et la dépression économique ont été endiguées aux Etats-Unis, c’est parce que la banque centrale a injecté massivement des liquidités dans l’économie, vulgairement parlant « a fait tourner la planche à billets ». Mais les monétaristes orthodoxes qui régentent l’Allemagne, et donc la pseudo Europe, ne veulent pas en entendre parler, l’argent doit être une fin en soi, pas un moyen. Cette brillante conception a déjà conduit la Grèce (et ses lamentables dirigeants) sur la voie du désastre.

 

Lorsque se multiplièrent, dans les vingt dernières années du siècle dernier, les signes des contradictions insurmontables du capitalisme, en particulier avec la montée du chômage, les dirigeants européens prirent l’habitude de se fixer dans le temps des objectifs chiffrés : il fallait créer autant d’emplois nouveaux, ou ramener le déficit public à tel pourcentage du produit brut. Ce furent souvent ce qu’on appelle des effets d’annonce. Objectifs jamais atteints.

 

L’exigence de la Merkozye, via un nouveau traité européen, de graver dans les tables de la Loi un tel objectif contraignant, n’a pas d’autre sens : être un formidable effet d’annonce à l’intention des marchés. Prenons l’exemple belge : si, à peu de jours d’un conclave budgétaire, les ministres ne savent pas « comment ils vont s’en sortir » pour trouver deux milliards d’euros où plus, quel est le sens d’un objectif budgétaire à échéance de plusieurs années ? Le traité de Maastricht prévoyait au moins un filet de sécurité en cas de récession sévère : la Merkozye n’en parle même plus. Qui peut prévoir les données macro économiques de base à échéance de 2015 ou 2016 alors que les prévisions à court terme sont constamment révisées ?  Ou bien faut-il adhérer à un dogme stipulant que plus la récession est sévère, plus il faut réduire les dépenses publiques, exactement ce que l’odieuse « troïka » impose à la Grèce ?

 

Ajoutons que puisque le candidat Hollande, quelque peu favori dans la course à l’Elysée, dit qu’il veut renégocier ce pseudo traité européen, il serait particulièrement stupide de se hâter dans la voie de son adoption…

 

Même le concept d’équilibre budgétaire a été variable dans le temps ! On peut se souvenir d’une époque où nous avions en Belgique un budget extraordinaire consacré à des dépenses d’investissement : cette philosophie budgétaire n’a plus cours, l’Etat dépend du marché mondialisé des capitaux, contrôlé par une légion de spéculateurs et d’usuriers…

 

Les libéraux intégristes qui tiennent maintenant le haut du pavé peuvent soutenir que les recettes de Keynes sont dépassées, qu’elles ne sont plus applicables dans le cadre de la mondialisation financière. Mais alors la gauche doit réhabiliter le dirigisme en économie, réhabiliter l’impôt comme moyen de redistribution des revenus, l’encadrement des prix, le soutien « protectionniste » des industries menacées par le dumping social et environnemental des régions du monde à bas salaires. Tout cela s’appelle le socialisme.  

 

Robert Falony

 

 

 

Partager cet article
Repost0
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 09:48

Le gouvernement Di Rupo-Van Quickenborne

 

Comment appeler ce gouvernement ? Dans l’Histoire politique de ce pays, c’est l’usage et non la règle qui fixe le nom de l’équipe en place. C’est généralement le nom du seul Premier ministre qui est resté.

 

Mais quand deux forces peu compatibles se font face dans un cabinet de coalition, deux noms s’imposent. On rencontre ainsi dans la liste le gouvernement Poullet-Vandervelde (1925-26), le gouvernement Van Acker- Liebaert de 1954-58, le Lefèvre-Spaak de 1961-65, et bien entendu la série des Martens- Gol des années 1980.

 

Dans le cas qui nous occupe, l’autre homme est incontestablement Vincent Van Quickenborne, vice-premier ministre Open VLD. Il a d’ailleurs fait une entrée fracassante dans le domaine des pensions… On a même l’impression qu’on n’entend que lui…

 

 

Castor

 

Entre amis…

 

Le très huppé Cercle de Lorraine – club patronal qui organise des dîners débats dans l’ancien château de Mobutu à Uccle –  n’a rien trouvé de mieux qu'inviter jeudi 16 l’ancien ministre de Sarkozy et double inculpé, Eric Woerth. Celui qui est soupçonné d’avoir touché le pognon de la milliardaire Bettencourt pour la campagne 2007 de son ex-patron va sans doute exposer à ces messieurs comment financer une campagne électorale. Très bon casting : Woerth est un expert en la matière !

 

Après que le Cercle de Wallonie – qui est la filiale sudiste du Cercle de Lorraine – ait invité le cher Maître Collard, soutien de Marine Le Pen, on se retrouve en pays de connaissance.

 

Et dire que certains ténors du PS fréquentent de temps à autres ces gens-là…

 

PV

 

 

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 16:52

 

 Alerte rouge sur le front social !

 

La liquidation de 600 emplois par Bekaert est pour la Flandre un coup de tonnerre, comme l’a été pour la Wallonie l’abandon par Mittal de la phase à chaud en sidérurgie liégeoise. Mais c’est toute notre structure industrielle qui menace de s’effondrer. Juste avant l’annonce Bekaert : la société Crown veut fermer son usine de Deurne (320 emplois). Et la liste est bien plus longue des « restructurations » et des faillites.

 

La presse la plus conformiste en est secouée. Elle révèle que toute la filière européenne des panneaux solaires est en train de s’écrouler.

 

Trois évidences : il n’était pas très intelligent, de la part des gouvernements de la Merkozye, dont le nôtre, de mettre un terme aux incitants fiscaux à s’équiper en énergie renouvelable. (Tout simplement parce que la question climatique n’est plus du tout une de leurs priorités…)

Et puis : il est vain de clamer qu’il faut créer de l’emploi si on ne met pas en place une politique de renouveau industriel qui exige un instrument financier sous forme de fonds souverain…

 

Enfin : il faut riposter au dumping chinois et indien par la mise en place d’une protection sociale et environnementale aux frontières de l’Union européenne, comme le revendique notamment J.L.Mélenchon. Mais Mme Merkel préfère aller quémander Pékin un peu de blé pour l’euro…

 

Castor

 

 

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 11:00

 

Cliquez sur l'URL au-dessus de l'article pour le lire en entier.

 

 

 

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1327962338&display=record

 

Succesvolle staking (31.1.12)


Globaal genomen werd de staking goed opgevolgd, dit ondanks de niet aflatende hetze in de (sociale) media en nooit geziene agressieve houding van het patronaat, met o.a. manifestaties van werkgeversorganisaties aan vakbondskantoren.

 

 

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1328022525&display=record

 

 

Le Conseil rate le train de la croissance durable et de l’emploi (31.1.12)


CES - 31 janvier 2012. Le sommet informel du 30 janvier 2012 avait été présenté comme devant être celui de la croissance et de l’emploi. Mais il n’a pas été à la hauteur des espérances. Ce sommet s’est terminé par le « pacte budgétaire » annoncé et par une déclaration fade et peu convaincante sur la croissance et l’emploi. Aucun engagement, rien que des mots creux. Les responsables politiques nous entraînent dans une voie sans issue.

 

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1328114737&display=record

 

 

Bahreïn : La CSI dénonce le refus persistant à la réintégration de travailleurs (1.2.12)

Bruxelles, le 1 février 2012 (CSI en ligne) : En novembre 2011, le Conseil d’administration de l’Organisation internationale du travail (OIT) a approuvé une proposition visant la mise sur pied d’une commission tripartite chargée d’examiner le licenciement massif de travailleurs et travailleuses au Bahreïn, qui fait l’objet d’une plainte afférente au non-respect par le Bahreïn de la Convention sur la discrimination (Emploi et profession), 1958.

 

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1328115261&display=record

 

 

 

De vakbonden mikken op minder misbruiken in de uitzendsector (1.2.12)

Het heeft lang geduurd, maar het is er, een akkoord over de nieuwe reglementering voor uitzendarbeid.Als vakbonden vragen we al lang dat er een einde komt aan de opeenvolgende dagcontracten. Aldus een persbericht van ABVV en ACV.

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1328116488&display=record

 



 

Actie tegen internet censuur (1.2.12)

Ongelofelijk -- meer dan 1 miljoen mensen hebben de EU geëist internetvrijheid te beschermen en ACTA tegen te houden. De druk werkt: de Speciale Rapporteur heeft opgegeven door het verdrag en de gevolgen voor de levens van mensen stevig te veroordelen -- teken de petitie nu en stuur deze oproep door naar iedereen die je kent! Aldus een oproep van de internationale beweging Avaaz.

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1328117190&display=record

 

 

MO*debat: Anti-racisme en politiek? (1.2.12)

Dit debat gaat door op 28 februari in Brussel In het kader van de interculturele debattenreeks ’Beeldbrekers’

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1328119219&display=record

 

 

Somalie : La liberté de presse en péril (1.2.12)

Bruxelles, le 31 janvier 2012 (CSI en ligne) : Le 28 janvier, Hassan Osman Abdi, journaliste de premier plan en Somalie a été pris en chasse depuis son lieu de travail, intercepté et tué d’une volée de balles. Il a succombé à ses blessures alors qu’il était conduit à l’hôpital. La CSI condamne avec force ce meurtre et appelle à ce que des mesures urgentes soient prises pour mettre fin aux attaques contre les journalistes.

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1328129344&display=record

 

 

14 februari - Tax Freedom Day voor de grote bedrijven en vennootschappen (1.2.12)

De 1000 grootste Belgische ondernemingen en vennootschapen hebben meer te vieren dan Valentijn op 14 februari. Het Financieel Actie Netwerk (FAN) organiseert op dinsdag 14 februari 2012 de allereerste editie van de ‘Tax Justice Day voor de bedrijven en vennootschappen’.

http://www.lef-online.be/cgi-bin/csvdb.cgi?db=reportages&rec=1328130015&display=record

 

 

 

Népal : Le travail des enfants et le travail forcé, des problèmes qui perdurent (1.2.12)

Bruxelles, le 1er février 2012 (CSI en ligne) : Dans un nouveau rapport sur l’application des normes fondamentales du travail au Népal, publié pour coïncider avec l’examen de la politique commerciale de ce pays à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la CSI met en lumière des atteintes graves aux normes du travail fondamentales, y compris une prévalence élevée de travail forcé et de travail des enfants.

 


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de osons le socialisme
  • : Blog de gauche d'analyse et de débat sur l'actualité et l'avenir du socialisme en Belgique et dans le Monde. Blog ouvert à tous pour un débat critique et courtois
  • Contact

Recherche

Liens